Panorama de Taipe vue depuis Macao

Escale d’un jour à Macao (Chine)

Etant à Hong Kong, Yannick voulut voir de l’autre côté de la baie, à quoi ressemblait Macao. Il s’en faisait une image de « Las Vegas asiatique » avec ces rues pleines de casinos et de spectacles comme « Le Strip ».

Un peu d’histoire et de géographie avant de commencer
Macau est une ancienne colonie portugaise, passée dans le giron chinois en 1999, en tant que région administrative spéciale (comme Hong Kong, sa voisine). On y parle le cantonnais et le portugais, même si ce premier est bien plus employé. Le portugais reste présent puisque tous les noms de rues sont inscrits en chinois et en portugais !
La ville de Macau se situe sur une péninsule de 9,3 km². Au sud, on trouve Taipa et Cotai, reliée à Macau par un pont. Au nord, 350 m de frontière seulement les séparent de la Chine. La monnaie est le pataca, indexé sur le dollar hong-kongais. Par conséquent, vous pouvez payer en dollars hong-kongais, ils vous rendront la monnaie en pataca. Attention, les pièces se ressemblent mais les machines et les habitants d’un côté et de l’autre savent faire la différence !

C’est parti…
Après cet intermède historique, nous voici partis de bon matin vers Macau. Réveil matinal de Hong Kong (lié aux récents événements politiques qui immobilisent une partie de Hong Kong Island) pour rejoindre le port de départ.
Après un petit-déjeuner rapide et quelques formalités administratives, nous embarquons pour 1 heure de bateau rapide, voguant à la surface de l’eau. Il est fortement conseillé de ne pas avoir le mal de mer car aucune sortie n’est possible durant le trajet!

Les bateaux de Turbo Jet pour voguer jusque'à Macau
Les bateaux de Turbo Jet pour voguer jusque’à Macau

L’arrivée à Macau
En arrivant au port, et après un passage rapide à l’Office de Tourisme, nous sommes accueillis par les hôtesses des hôtels luxueux de Macau et Taipei, et les chauffeurs de « vélos ». Aucun tour en bus, pas vraiment de taxis traditionnels, nous ne savons où aller. Nous décidons alors de prendre le bus publique pour découvrir la ville avec ses habitants : écoliers, travailleurs et quelques touristes…
Et là, surprise : le Strip a été délocalisé à Taïpe, petite île en face de Macau. Quelques grands hôtels sont encore sur Macau mais « fuient » doucement vers Taipei.

Le temple d’A-Ma
Nous continuons donc notre tour en bus vers le Temple d’A-Ma. C’est le plus vieux temple de Macau.

A la sortie du temple, nous déjeunons dans un restaurant portugais, important des produits de ma peninsule. Les plats étaient bons et copieux. Et surtout, ça changeait des pâtes et des vapeurs !

Grandeur et décadence
Le Strip façon Las Vegas n’existe plus sur l’île de Macau. Il faut se rendre sur Taipei pour croiser un Venetian ou un Madarin Oriental. Mais quelques beaux hôtels-casino règnent encore à Macau, notamment le Wynn’s et le Grand Lisboa.
Ce dernier est étonnant. Il occupe 2 pans d’un carrefour avec différents bâtiments ajoutés les uns aux autres. L’intérieur du hall est si vaste que des expositions y sont organisés. Une salle de jeu, avec boutiques de luxe directement à la sortie des tables, est accessible dès l’entrée. Prévoyez un budget à plusieurs zéros avant la virgule pour vous assoir aux tables de Black Jack.
Mais son règne sur Macau a une fin puisque lui aussi sera délocalisé à Taipei en 2017 avec quelques annexes dédiées à des artistes et des célébrités comme Karl Lagerfield, par exemple.

En flânant dans les rues de Macau
La ville parait moins animée qu’à Hong-Kong. Nous avons presque envie de dire qu’un air portugais flotte encore sur cette île. Au-delà des plaques de rues encore écrites en portugais, on retrouve le Portugal dans l’architecture, la décoration et l’ambiance. C’est un joli exemple de mixité culturelle !

Un ovni sur le chemin du retour
En repartant (plutôt que prévu), nous nous sommes arrêtés devant un bâtiment étrange repéré lors de notre passage aller en bus : le Centre Oecuménique de Macau. La base du bâtiment est une fleur de lotus et le toit, une statue de 20 mètres consacrée à la Déesse Kum Lam (Déesse de la Miséricorde). Une fois dans le bâtiment, c’est le silence qui étonne. Un lieu de recueillement au milieu de l’agitation de la ville.

Panorama de Taipei depuis le centre oecuménique
Panorama de Taipei depuis le centre oecuménique

Informations pratiques
Macao en bateau
Départ pour Macau en bateau depuis Hong Kong Island.
Compagnie choisie : TurboJet, avec 1 bateau toutes les demis-heure.
Coût des billets aller/retour pour nous 3 : 999 HK$ pour 3, soit environ 100 €.
Durée du voyage : 1 heure. Billets flexibles pour changer d’heure de retour : ils forment une file d’attente à l’embarquement et nous pouvons monter s’il reste des places (ça a rappelé des bon souvenirs de GP à Yannick)
Petit plus : Wi-fi gratuit à bord pour préparer sa journée.
Bien prendre les passeports ! En tant que ressortissants français, nous quittons Hong Kong et changeons de pays !

Restaurant
A Lorcha
289A, Rua do Almirante Sergio (proche du Temple A-Ma)
Coup de coeur pour ce restaurant portugais où nous avons très bien mangé. Important : les plats sont copieux et servis les uns après les autres. Juste à côté du A-Ma Temple.

Laisser un commentaire