Chemin

Les Catlins ou comment se sentir en Bretagne à l’autre bout du monde

Nous avons quitté Fiordland pour un autre monde du bout du bout. Direction les Catlins, le coin en bas à droite de la Nouvelle-Zélande.

Encore un bout du bout me direz-vous ? Et oui. Mais celui-ci est différent de Fiordland.

Détour par Bluff, le point le plus sud du pays…
… si on ne comprend pas Stewart Island ou Rakiura, un des nombreux parcs nationaux que comptent la Nouvelle-Zélande. Au bout de la route, se trouve stirling point, avec son mythique  panneau : celui indiquant les distances de différentes villes dans le monde. Nous avons donc le Pôle Sud à 4 810 km, Tokyo à 9 567 km, Sydney à 2 000 km et Londres à 18 958 km (c’est ce qu’on avait de plus près de Paris). Nous aurons eu une grosse pensée pour Lucie qui a mis ce panneau sur notre bannière de site.

Les Catlins, parc national aux aires d’ailleurs
Certes il a plu tout le long de la route. Mais quand le soleil trouve un passage entre les nuages, la lumière se fait particulière. Dans ma famille, nous appelons ces rayons de soleil sortant du ciel (comme dans les films), « la main de Dieu ».  Une belle image pour une belle lumière. Cela donne des impressions de Bretagne, d’Irlande ou d’Ecosse (toujours des Finistères me direz-vous encore…).
Nous poursuivons notre route parmi les pâturages de moutons, les champs et les flans de collines arborées à la manière des forêts tropicales. Notre journée se finira dans un DOC site, Purakaunui Bay, en bord de plage, entre champs de moutons et falaises. Ce site se mérite car il faut y arriver tôt et faire quelques kilomètres sur des routes gravillonnées. Mais il en vaut largement la chandelle (encore plus par beau temps) !

Informations pratiques
Camping
Doc Site Purakaunui Bay entre Invergargill et Dunedin.
Bien équipé en toilette et point d’eau. En bord de plage. Arriver tôt car les bons emplacements sont « chers » et très prisés, notamment le week-end.
Tarif : 6 $NZ/personne

Notre itinéraire

3 réflexions au sujet de « Les Catlins ou comment se sentir en Bretagne à l’autre bout du monde »

Laisser un commentaire