Phnom Penh : On aime ou on n’aime pas !

Phnom Penh fait partie de ces villes d’Asie qu’on aime ou qu’on n’aime pas (du tout). Nous y avons passé 2 jours et restons partagés sur notre expérience.

Ce que nous avons aimé

– Le Musée S-21, ancien lycée « reconverti » en centre de détention et de torture par les Khmers rouges et Pol Pot. Rien n’a bougé, rien n’a changé depuis toutes ces années, si ce n’est les photos des victimes, les images des supplices et les textes explicatifs, ce qui rend la visite des lieux étrange. Cette simplicité de présentation peut surprendre mais elle se suffit à  elle-même. Le plus impressionnant est l’ensemble d’éléments laissés tels que : potence, bâtiment avec barbelés, cellules en bois et en briques construites à l’intérieur des classes.

– Trouver des restaurants plus occidentaux : crêperie, pizzeria… Cela fait du bien après 2 mois de riz et de pâtes de changer notre régime alimentaire !

– Les marchés locaux où l’on découvre toutes sortes de légumes, de fruits et d’épices… L’hygiène en moins.

– Les boutiques « boui-boui » des rues où l’on trouve tout et n’importe quoi : bois, pots d’échappement, pneus, moteurs de tracteurs…

Ce que nous avons moins aimé

– La circulation automobile : les Cambodgiens roulent dans tout (tuk-tuk, taxis, voitures, scooters…) et tout le temps. Il n’y a pas la place pour des piétons dans la ville, que ce soit sur la route ou sur les trottoirs.
– Les négociations incessantes avec les tuk-tuk qui veulent 5$ pour une course qui en vaut 1 ou 2$ pour les locaux.
– Cette impression que, parce que nous sommes blancs et touristes, nous avons forcément le portefeuille qui va avec. Exemple concret : en arrivant au Palais Royal, je mets mon étole sur les épaules (par 30°, le short et le débardeur sont les bienvenus) et nous nous dirigeons vers la caisse. La caissière me demande d’enlever mon étole et me fait signe que ce n’est pas accepté en montrant un panneau. Elle m’indique un stand où je peux acheter un tee-shirt à 3$ puis venir payer 6.5$ d’entrée. Ni une, ni deux, nous faisons demi-tour. Le Palais Royal sera pour une prochaine fois !

Bref, nous partons partagé de Phnom Penh. Mais tout est question d’expériences ! Si nous revenons, l’expérience sera différente.

Informations pratiques

Palais Royal : les shorts et les débardeurs sont interdits.
Entrée : 6.5$/personne

Où manger à Phnom Penh ?

La Crêperie
Bonne crêperie tenue par une italienne avec un cuisinier breton (ils sont partout ces bretons !!!) !
Street 308, n°12
Site web : http://www.lacreperie.com.cn

Piccola Italia Da Luigi Pizzeria
Une pizzeria gérée par un Français qui propose des bonnes et grandes pizzas : 2 tailles sont proposées.
Street 308, n°36

4 réflexions au sujet de « Phnom Penh : On aime ou on n’aime pas ! »

  1. Nous, nous avions beaucoup aimé Phnom Penh. Et nous n’avions pas du tout eu ce sentiment désagréable d’être des portefeuille sur pattes que j’avais ressenti quelques années avant au Vietnam.
    Mais depuis quelques mois je lis des billets sur le Cambodge qui vont dans le sens du tien… je ne sais pas si le pays a changé depuis ma visite, ce serait en tout cas bien dommage, j’en garde un tellement beau souvenir.

    1. Pour le coup, nous avons eu plus l’impression d’être des portefeuilles sur pattes au Cambodge qu’au Vietnam. Ceci dit, nous avons adoré Siem Reap et notre séjour dans le sud se déroule à merveille ! Comme qui tout est question d’expériences (lieux, ambiance, personnes rencontrées…) !

Laisser un commentaire