Meiji Jingu - Tokyo / Japon

Bienvenue à Tokyo, ville de contrastes : entre modernité et de tradition !

Nous voici sur notre deuxième étape en Asie : le Japon.
Nous commençons par quelques jours à Tokyo, capitale internationale mais conservant encore un côté traditionnel.

Des contrastes dès l’arrivée

Nous sommes arrivés de nuit à Tokyo. Nous sommes éblouis par les lumières des buildings et l’énergie et la sécurité qui règnent dans les rues. Une véritable fourmilière !
Et en parallèle, les gens restent calmes et disciplinés dans le métro et dans les restaurants. Chacun attend son tour dans, parfois, de longues files d’attente (métro, bus, train, magasins…). Les serveurs sont plus qu’aux petits soins. C’est parfois même trop : trop de merci, de pardon, d’aide à porter nos affaires… Bref, la frénésie d’une ville en contraste du calme de ses habitants.

Une ville d’espaces verts et de temples parmi les immeubles…

Cette ville est vraiment pleine de contrastes. Ce qui étonne en se promenant est la multitude d’espaces verts coexistants entre les tours de plusieurs dizaines d’étages, même au coeur de la ville. Peut-être est-ce une nécessité quand on voit la taille des habitations (par exemple, notre location ne faisait pas plus de 20 m²). Ces espaces verts ne sont parfois que de simples parcs mais d’autres cachent de magnifiques temples !
Nous voulions visiter le Parc de Shinjuku mais celui-ci était fermé en raison d’une épidémie de dengue. Ce parc propose des espaces verts et la possibilité d’assister à la cérémonie du thé.
Nous avons donc continué notre chemin vers le Parc Yoyogi et le Meiji Jingu Shine.  Ce temple shintoïste est caché dans 700 000 m² de verdure. On ne se croirait pas dans une mégalopole ! Cet espace a su garder son authenticité (contrairement au Senso Ji Temple). Peu de touristes sont croisés et il n’y a pas de  boutiques-souvenirs. De plus, nous pouvons assister à des mariages traditionnels, que ce soient dans les tenues (kimonos pour les demoiselles et muko pour le futur marié) ou les rituels (présence de mikos, célébration dans l’intimité du temple…).

Après les rues très animées d’Electric City (voir plus bas), nous avons cherché le Kanda Myojin Shrine. Sur le plan, il est indiqué avec un peu de verdure. En réalité, on l’aperçoit soit de la rue soit en haut d’un escalier (le temple se mérite après l’effort), coincé entre des immeubles et des parkings. Mais il vaut le détour, surtout pour assister à des baptêmes de voitures, plus précisément d’une Fiat 500 toute neuve !

Le temple de Senso Ji est plus touristique. Le quartier d’Asakusa, où il se situe, conserve des ruelles avec de petites échoppes et contraste avec les allées environnantes du temple beaucoup plus agitées !

Nous avons croisé d’autres parcs lors de nos balades :
– le parc d’une résidence impériale

Résidence impériale
Résidence impériale

– un parc visité au hasard car nous n’avons pas pu visiter le Ryogoku Kokugikan.

… A quelques rues d’une activité urbaine intense

En parallèle d’un parc, il y a souvent des rues très animées et des quartiers plein de spécificités.
Roppongi, le quartier où nous logions, est plus « bo-bo ». On y trouve de grands hôtels et des établissements spécialisés dans l’art. Vous pourrez notamment visiter le Mori Art Museum.

Vélos à plus savoir qu'en faire, sous la pluie à Roppongi !
Vélos à plus savoir qu’en faire, sous la pluie à Roppongi !

Près du Yoyogi Park et de ses espaces de verdure, vous pourrez flâner dans Takeshida Dori, le quartier proposant la mode japonaise aux couleurs roses ou aux assemblages de tenues surréalistes ! Si vous préférez la mode plus « classique », rendez vous à Omotesando, les Champs-Elysées de Tokyo. vous y trouverez les marques de luxe et de créateurs locaux et internationaux, dans des boutiques aux devantures très imaginatives.

Si vous êtes plus « lumière », vous pouvez vous rendre dans le quartier de Shibuya. La nuit venue, le principal carrefour se transforme en Times Square japonais : les écrans géants sur les façades des buildings font oublier la nuit et vous pouvez faire du shopping sans vous rendre compte de l’heure.

pymautourdumonde_shibuya_tokyo_japon

Pour les fans de nouvelles technologies, de mangas ou d’électronique, rendez-vous à Electric City (c’est ainsi inscrit sur les plans de la ville). Vous y trouverez tout ce qui fait le Japon moderne : des étages entiers de vendeurs de mangas, des vitrines complètes de figurines de personnages de mangas et de dessins-animés japonais (Pokémon, Sailor Moon…) et des immeubles entiers de salles de karaoké et de jeux (attention, l’accès est interdit aux mineurs, même accompagnés : allez expliquer à Maëwenn pourquoi elle ne pouvait pas entrer dans une salle de jeux).

pymautourdumonde_electric_city_tokyo_japon
L’accueil à Electric City

les fins gastronomes pourront se rendre au Tsujiki Outer Market, célèbre pour son marché aux poissons. Pour des raisons de practicité, les professionnels du marché ont demandé à ce que les enchères ne soient plus ouvertes à tout le monde. Désormais, le marché propose des places à 5 h (du matin) pour les enchères, puis ferme pour ouvrir au public à 9 h. Le plus gros de l’activité étant passé, le professionnels acceptent plus les visiteurs. Pour la visite de 5 h, soyez plus que matinal (somnambule) car le nombre est souvent limité à quelques 30 personnes. Nous avons fait le choix de visiter à 9 h, sachant que nous n’aurions peut-être pas la découpe de thons ou la visite des chefs. Mais cela est quand même très intéressant : nous avons vu la découpe de pièces de thon (hélas pas le poisson en entier), pu admirer la fraîcheur de certains produits de pêche et découvrir un nouvel engin de transport : il est nécessaire d’avoir des yeux derrière la tête car les piétons ne sont pas prioritaires ! Mais vous découvrirez aussi autour du « célèbre » marché aux poissons, le marché des fleurs, des fruits et des légumes qui parait de suite beaucoup plus calme. Et si l’envie vous en dit à la fin de la visite, rendez-vous sur les 2 allées de restaurants au sein de l’enceinte qui propose des sushis, makis et sashimis : prenez votre mal en patience car l’attente et les queues sont longues !

Si vous voulez vous sentir léger, vous pouvez déambuler dans les rues de Ryogoku : vous pourrez y croiser des sumotoris, ou sumos, sortant de leur entraînement ou de leur match au Ryogaku Kokugikan. L’enceinte du stade et sa galerie peuvent se visiter s’il n’y a ni représentation ni match. Malheureusement, il y avait des représentations privées quand nous y sommes allés et n’avons pu voir le stade que de l’extérieur.

Enfin, nous avons pris un peu de hauteur à la Tokyo Tower. Par temps clair, on peut y apercevoir le Mont Fuji. Nous avons surtout vu les nuages annonçant le typhon Phanfon ! Nous avons pu aussi observer la variété de bâtiments qui habillent la ville de Tokyo et qui font, de cette ville, une ville de contrastes méritant qu’on s’intéresse à sa culture.

Informations pratiques

Comment se déplacer à Tokyo ?

– Nous sommes arrivés de l’aéroport de Narita avec les Limousine Cars.
– Sur Tokyo, nous avons énormément utilisé le métro, grâce à l’achat de la Suica Card dans une des grandes gares de la ville (Shinjuku pour nous). Cette carte est créditée du montant de votre choix et peut être utilisé sur toutes les lignes de métro et certaines JR Lines dans la ville. A chaque passage à l’entrée et à la sortie de gare, le montant exact est débité (selon la distance parcourue). Elle est rechargeable dans toutes les gares sur des bornes ou guichets automatiques.

Où dormir à Tokyo ?

Nous étions logé dans le quartier de Roppongi. Nous le recommandons car nous étions idéalement situé pour accéder au métro et ainsi visiter la ville.

Nous sommes passés par AirBnB, les prix étant plus avantageux que ceux des hôtels. 

Où manger à Tokyo ?

Le matin, nous achetions notre petit-déjeuner en supermarché (viennoiserie d’un côté et boissons de l’autre) sans nous ruiner (environ 7 € pour 3 personnes).
Les repas du midi et du soir étaient pris dans des restaurants japonais typiques. En moyenne, nous étions à 5-7 € par personne (l’eau ou le thé sont souvent offerts). Si vous êtes de gros mangeurs, la gastronomie japonaise ne se résume pas aux sushis et makis : ils font de très bonnes soupes ou de très bonnes pâtes (il en existe de toutes les tailles et de toutes les matières).
Ne soyez pas surpris de la disposition des restaurants japonais : certains sont en U autour des cuisines, d’autres sont étudiés pour manger debout et d’autres sont organisés par petites salles privées où les chaussures sont interdites et les tables très basses 😉

Que faire à Tokyo ?

– L’entrée des temples est libre et gratuite.

Tokyo Tower

Entrée : 1600 yens/adulte et 800 yens/enfant (soit respectivement 12 € et 6 €)

Tsujiki Market

Accès gratuit à pâtir de 9h pour déambuler dans les allées des marchés.

6 réflexions au sujet de « Bienvenue à Tokyo, ville de contrastes : entre modernité et de tradition ! »

  1. Je n’aime pas spécialement Tôkyô mais j’adore lire les compte-rendus des voyageurs dans cette ville et au Japon en général.
    Saviez-vous qu’il y a une vue équivalente à celle de la tour de Tôkyô dans les tours de la marie de Shinjuku qui sont gratuites ?

    1. Bonjour Béné !
      En effet, nous y avons été (oubli de ma part dans le compte-rendu de nos journées à Tokyo). Hélas, nous n’avons pas eu beau temps ce jour-là et la vue était « bouchée »… Mais il faut dire que l’ascension de la Tokyo Tower est bien plus impressionnante que celle à l’Observatory de la mairie. Nous n’avons d’ailleurs pas parlé de la SkyTree Tower où nous ne nous sommes pas rendus par peur du trop-plein de touristes 😉
      J’adore le graphisme de ta bannière ! Hélas, nous n’irons pas aussi sud durant notre escapade japonaise : nous nous arrêterons à Hiroshima. Si tu as de bonnes adresses entre Kyoto, Nara et Hiroshima (resto, lieux insolites ou peu touristiques à visiter ou logement sur les 2 dernières villes), nous sommes preneurs… 😉 A bientôt sur d’autres articles « japonais »
      Prisca

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.