Panorama de l'Elephant Nature Park

Vis ma vie de volontaire à l’Elephant Nature Park : un sanctuaire pour éléphants

Nous venons de passer une semaine de volontariat à l’Elephant Nature Park (ENP) près de Chiang Mai. Nous avions passé 2 jours et 1 nuit dans ce parc en Février 2013 et trouvions l’idée du volontariat intéressante. Nous profitons donc du temps de notre tour du monde pour tenter l’expérience.

L’ENP : un camp d’éléphants pas comme les autres

Ce parc de 250 hectares fût créé et ouvert en 1990 par Lek (« petit » en thaï), un « petit » bout de femme au grand coeur et au caractère bien trempé. Elle est la voix des éléphants dans ce pays plein de contradictions envers les éléphants : d’un côté, les éléphants sont vénérés, de l’autre ils sont torturés, sans que des peines ou d’amendes n’existent dans le code pénal. Elle pourrait s’apparenter à la femme qui murmure à l’oreille des éléphants ou la femme qui s’assoit sous les éléphants (la confiance règne !).
Cet espace est un lieu unique dans la province de Chiang Mai : ce sanctuaire accueille, soigne et garde des éléphants « cassés » physiquement et psychologiquement, après leur vie auprès des hommes et le passage du phajaam – ou cruch, cérémonie visant à torturer l’éléphant pour qu’il obéisse au doigt et à l’oeil de l’homme. D’autres de ces animaux sont d’anciens « travailleurs » notamment dans le ramassage du bois, dans les camps de trekking pour touristes ou destinés à faire le spectacle (peinture, acrobaties, baskets…).
Aujourd’hui, 41 éléphants de tous les âges et de toutes les conditions physiques cohabitent ensemble sans être de la même famille : éléphant aveugle guidée tous les jours par une ancienne résidente, éléphanteau protégé par des femelles plus âgées et de différentes familles (Nanny)… Le tout sous l’oeil attentif des mahouts (homme choisi par l’éléphant, en charge de surveiller un seul éléphant, de la nourriture à l’état de santé).
La spécificité de ce park est que tout se fait dans le respect de l’environnement, des repas, végétariens, à l’eau, récupérée de la pluie, en passant par la manière de s’occuper des éléphants : aucun des mahouts de l’ENP ne possèdent de crochet pour « mater » les éléphants, les visiteurs ne montent pas sur les éléphants, et le seul show fait par ces derniers est celui de leur vie.
Tous les fonds perçus sont reversés au Park pour l’achat de la nourriture, l’entretien et les salaires. Pour information, 1 éléphant coûte 100 $/jour entre la nourriture et le salaire du mahout.

La vie de volontaire

Nous avons choisi de passer une semaine dans le camps en tant que « volontaire ».
Pour vivre au plus près des éléphants, nous travaillons quelques heures par jour, de 8h00 à 10h00, puis de 13h30 à 15h30. Répartis en plusieurs groupes, les missions tournent tous les jours : nettoyage des abris, nettoyage du parc, préparation et distribution de la nourriture. Certaines sont plus sympas que d’autres, je vous laisse deviner. Si le nettoyage du parc et des abris n’est pas de tout repos, ne croyez pas que la préparation de la nourriture soit chose facile : entre le nettoyage des pastèques et potirons pour enlever les pesticides et autres produits chimiques, et le déchargement des camions, nous avons travaillé à même le sol pour éplucher les bananes, les écraser et les mélanger à différents ingrédients pour en faire des boulettes destinées aux plus jeunes et aux plus anciens.
La mission la plus sympa est celle de la fin de journée : participer au bain des éléphants. Un moment au plus près du pachyderme, les pieds dans la rivière et des étoiles pleins les yeux.

Une fois les missions accomplies, nous sommes libres de faire ce que nous voulons, tout en respectant LA règle principale : ne pas se balader dans le parc ou s’approcher d’un éléphant seul(e). Des marches dans le parc ont été organisées afin d’être au plus près des éléphants et d’assister à leur vie. Cela donne des moments de magie, de surprise et parfois d’angoisse, quand les éléphants se mettent à courir ou s’approchent sans prévenir. Si l’idée de monter dessus vous effleure, une semaine passée à leurs côtés vous montrera qu’il est bien plus intéressant d’être auprès d’eux que au-dessus !

Maëwenn était la plus jeune de tous, ce qui ne l’a pas empêché de se faire des copines et de participer aux tâches comme tout le monde. Elle aura même étonné plus d’une personne par son courage et son grain de folie : monter à l’arrière des camions, donner à manger aux éléphants, caresser et porter des chats et des chatons, participer aux tâches de désherbage des espaces verts et fait du tubbing (descente de la rivière sur des bouées, sur nos genoux bien entendu).

Bilan de cette semaine
– Nous ne nous sommes jamais couchés aussi tôt, même pendant nos semaines de travail : tout le monde dormait à 21h00 !
– Nous n’aurons jamais vu autant de bananes, de pastèques et de potirons concentrés dans un même endroit !
– Nous n’aurons jamais passé autant de temps à ne pas manger de viande, puisque tous les repas étaient végétariens !

Mais plus sérieusement :
– Nous avons découvert une espèce en voie de disparition, dans un pays où l’éléphant est vénéré : les éléphants d’Asie sont bien moins protégés et médiatisés que leurs congénères d’Afrique.
– Nous avons eu un aperçu de l’envers de la carte postale « Spectacle d’éléphants » : les show réalisés par des éléphants ne sont pas dans leur nature et sont réussis qu’après des souffrances pour l’animal.
– Nous avons rencontré une personne au grand coeur qui a donné sa vie à ces animaux.
– Nous avons découvert une vraie histoire d’amour entre ce mahout et son éléphante : ensemble depuis le début, il s’occupe d’elle comme personne et connait ses moindres besoins.

Informations pratiques

Elephant Nature Park

A environ 60 km de Chiang Mai.
Plusieurs « forfaits » pour venir au camp :
– en simple visiteur : 1 journée (adulte : environ 60 € / enfant : environ 30 €) , 2 jours/1 nuit (adulte : environ 140 € / enfant : environ 70 €)
– en volontariat : 1 semaine (environ 250 €/personne)
– en volontariat « vétérinaire ».
Les prix des forfaits comprennent : la navette aller/retour jusqu’à l’hôtel, les repas sur place et l’hébergement pour les séjours avec nuit.
Leur site Internet pour plus d’informations et/ou devenir volontaire(s) : www.elephantnaturepark.org

14 réflexions au sujet de « Vis ma vie de volontaire à l’Elephant Nature Park : un sanctuaire pour éléphants »

  1. Bonjour,
    Vous y êtes allés avec votre petite fille. Sur le site, ils disent que la semaine de volontariat n’est pas pour les familles. Nous avons 4 filles de 20, 15, 11 et 7 ans. Est- ce possible de faire la semaine avec elles? Merci pour votre réponse. Ça serait un très chouette projet…
    Sandrine

    1. Bonjour,
      Nous avions fait la semaine avec notre fille âgée alors de 4 ans et demi. Nous avions pris contact avec eux en direct en leur envoyant un mail (en anglais). Essayez comme ça et tenez-vous au courant ! Vu l’âge de vos filles, ça devrait aller (à moins qu’ils aient changé leur politique depuis notre passage).
      Bonne journée.
      Prisca

  2. Super. Merci pour votre article. Nous hesitions à le faire plus d’un jour en decembre avec notre loulou de 6 ans. On n’hésite plus après vous avoir lu!

    1. Ce fut une super expérience pour toute la famille. D’ailleurs, c’est le premier souvenir qui vient à l’esprit de notre fille quand on lui demande ce qu’il l’a marquée en tour du monde ! 😉 Une expérience à vivre, loin des camps d’éléphants « touristiques » où l’on monte sur leur dos. Un sanctuaire aux vertus éducatives plus que touristiques ! N’hésitez pas si vous avez des questions ! 🙂

      1. Bonjour je souhaite partir avec une amie vivre cette expérience . J aimerai savoir si on sera séparées lors des activités avec les éléphants.. ?

        Merci de votre réponse

        1. Bonjour ! Non, vous pouvez être ensemble. Quand nous y étions, le groupe était divisé en 2. Mais rien n’empêchait les uns et les autres de changer Si vous avez la chance d’y aller, vous allez vivre une super expérience

          1. D’accord merci beaucoup !
            et faut il avoir un bon niveau d’anglais obligatoire pour pouvoir faire cette expérience ? ..

          2. Il faut pouvoir se débrouiller en anglais. Pas besoin d’être bilingue. Nous ne sommes pas bilingues et tout s’est bien passé

          3. D’accord ca marche et que peut on faire sinon dans les temps de pauses quand les temps de boulot avec les éléphants sont fini ? faut t’il prévoir un budget aussi pour s’occuper autrement la bas après les temps de boulot ou ce n’est pas nécessaire ?

          4. Pas d’autres activités possible car en pleine forêt. Les activités autour des éléphants occupent beaucoup de temps dans la journée. Le reste du temps, vous pouvez vous occuper de chiens et de chats (abandonnés lors des fortes inondations), vous relaxer et admirer les éléphants (en ayant l’autorisation des mahouts et des encadrants, vous pouvez rester avec les éléphants dans l’enceinte du parc), vous reposer ou méditer Une descente de la rivière en bouée peut être proposée : à faire pour l’ambiance ! Et un « petit » wifi est mis à disposition.

  3. Bravo pour votre engagement dans ce monde des éléphants , monde si différent du notre par ses coutumes , ses manières de vivre …Merci de nous faire partager vos découvertes , vos sensations , c’est émouvant pour nous que l’éléphant ne laisse pas insensibles .Encore bravo car avec Maëwenn ça n’a pas toujours dû être évident ,bien que nous ne doûtions nullement de ses capacités d’intégration ni de son entousiasme …A son âge c’est une expérience géniale dont elle vous sera reconnaissante comme d’ailleurs de tout ce que vous lui faites découvrir au cours de ce merveilleux voyage . Bises , Mum & Dad

Laisser un commentaire