Road trip dans l’ouest australien : de Coral Bay à Exmouth

Nous traversons encore une péninsule pour rejoindre celle d’Exmouth. Entre ville, parc national et mésaventures, nous en gardons de bons (et de moins bons) souvenirs et un changement de programme. Suivez-nous sur la route de Coral Bay à Exmouth.

La Péninsule d’Exmouth : le bout du bout
Située tout au nord de la péninsule, la ville d’Exmouth nous fait penser aux villes américaines construites au milieu du désert ! Il n’y a pas grand chose autour, voire rien (sauf la nature), et l’axe principal est la grande rue la traversant. En arrivant, nous avons aussi été étonné par le vide qui régnait dans les campings. Ca ne se bouscule pas à la réception et les offres « 3 nuits payées, la 4ème offerte » sont courantes.
Nos seuls compagnons de camping auront été les oiseaux : mouettes, cacatoès et autres oiseaux exotiques nous ont rendus visite au petit-déjeuner, attendant que nous les servions. Pris d’impatience, ils se sont carrément invités à table : Maëwenn aura réussi à protéger ses céréales (malgré le changement d’angle d’attaque) et Yannick à se faire voler un bout de sa tartine (sans réflexes, la tartine y passait !). Un autre se sera attaqué au maillot de Yannick. Ils ne veulent plus de nous ou quoi ?

De l’autre côté de la péninsule, le Parc National Cape Range et le Ningaloo Marine Park s’étirent le long de la côte.

Cape Range National Park et Ningaloo Marine Park…
Le Cape Range National Park (entrée payante) est délimité par des frontières naturelles : à l’ouest, la mer (Ningaloo Marine Park) et à l’est, les collines australiennes, très abruptes puis plates au sommet. La partie Nord est accessible aux véhicules type « citadine » et « van », alors que le sud reste réservé aux propriétaires (ou locataires) de 4×4. Depuis quelques années, le site est classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.
A l’entrée du parc, vous trouverez les informations sur les espaces ouverts où le camping est autorisé et les risques qu’il peut y avoir. Le camping dans un parc national est spartiate : seules les toilettes et quelques tables de pique-nique sont mises à disposition. Pour le reste (essence, eau, nourriture, couchage…), il faut avoir prévu. Et mieux vaut l’avoir bien prévu car la route est longue avant le premier commerce (en moyenne 1 heure) et le réseau téléphonique mobile est inexistant.

Côté mer, il est possible d’observer, de pêcher, de snorkeller et de plonger. Tout dépend de vos goûts. Les plages sont accessibles par de petits chemins sablonneux depuis des parkings, plus ou moins faciles d’accès. Certains espaces de camping se situe derrière les dunes, donnant accès à la plage par de petits chemins.

Notre choix de plage s’est porté sur Turquoise Bay. Elle porte très bien son nom et donne des images de cartes postales ! Les photos parlent d’elles-mêmes ! Cette plage est aussi réputée pour le snorkeling. Séparée en deux par de forts courants, elle offre une zone de baignade et une zone d’observation plus poissonneuse et intéressante au carrefour des courants. D’ailleurs, cet endroit possède sa propre note d’informations établie par les Rangers à l’entrée du parc indiquant la « zone de décrochage » pour sortir de l’eau avant d’être emporté au large par les courants. Rassurant !

Côté terre, vous pourrez randonner. Plusieurs niveaux de difficultés existent, laissant libre cours à son esprit d’aventurier.

… Pour des expériences au plus près de la nature
Nous avons assisté à la « Jubari Turtle Interaction Experiences« , mini-conférence sur le monde des tortues marines suivie d’une randonnée d’observation des tortues durant la ponte. L’espace maritime voisin est réputé pour être une zone de ponte de trois espèces de tortues marines en voie de disparition. Malgré ou grâce à une panne de démarrage du van et sans le reste du groupe, nous assistons à la ponte et au retour à la mer d’une de ces tortues. Un moment magique, si ce n’est les deux inconscients qui ont sûrement ennuyé (pour ne pas dire autre chose) la tortue venue sur la plage.

Nous avons dormi presque à la belle étoile, dans notre van, au milieu de la nature et des kangourous ! Les espaces de camping du parc sont spartiates mais nous ne sommes pas dérangés par les voisins ou par le bruit ! De quoi vraiment profiter de la nature et observer les étoiles (filantes) et les voies lactées se dessiner dans le ciel. Des instants de magie et de bonheur ! Nous passerons une deuxième, un peu plus contraints et forcés cette fois (merci la batterie à plat du van) parmi des compagnons moins sympathiques (araignées, serpents et autres insectes rampant ou à pattes)…

Petite mésaventure et changement de programme
Comme vous avez pu le lire, nous avons subi notre première mésaventure du voyage. En sortant de notre mini-conférence sur les tortues, le van fait son capricieux et ne veut pas démarrer. Au bout de 10 minutes, toujours rien…même pire : plus rien du tout. Bye  bye les tortues, bonsoir l’espoir. Nous sommes dans une zone sans réseau téléphonique mobile, le groupe d’observation des tortues est parti, le camping le plus proche est à 1 ou 2 kilomètres (sans trottoir sinon ce ne serait pas drôle) et le soleil est couché ! Heureusement,  la batterie annexe fonctionne pour le réfrigérateur et ce qu’il contient ! Après un aller-retour dans la nuit pour Yannick, une nuit sur un parking normalement interdit au camping, un réveil matinal et de l’attente, le verdict tombe : la batterie est « flat »…morte quoi. Vive l’assistance Apollo, très réactive et sans faille, qui permet un changement de batterie immédiat. Heureusement que nous n’avions pas d’avion à prendre !

Mais le changement de programme était déjà lancé. Il ne prendra « que » deux jours de retard. Et oui, nous changeons. Nous n’irons pas jusqu’à Broome comme initialement prévu : c’est loin, très loin. Les conditions climatiques ne sont pas bonnes (orages et fortes pluies prévues). Nous ne passerons pas par le centre comme nous voulions le faire pour faire un retour par le désert : à 38°C au bord de la mer avec un peu d’air la route est déjà difficile (surtout pour Maëwenn), alors à 45°C dans le désert sans air, nous ne préférons pas imaginer ! Finalement, nous descendrons par la côte très rapidement et rejoindrons la côte extrême-sud du pays et de l’état, vers Albany. Mais comme nous ne sommes sûrs de rien, nous verrons. La seule chose dont nous sommes sûr est que nous repasserons le Tropique du Capricorne plus rapidement que prévu !

Tropique du Capricorne
Tropique du Capricorne

Informations pratiques
Camping
Exmouth Cape Holiday Park
Emplacements pour vans, tentes et camping cars. Bungalows. Emplacements powered et non powered. Piscine. Bien équipé en douche, sanitaires et cuisine. Un peu loin de la plage (1 km) et des commerces (entre 3 et 4 km).
Emplacement Powered : 33 AU$/site

Cape Range National Park et Ningaloo Marine Park
Entrée au parc : 12 AU$/véhicule
Taxe de camping dans le parc : 10 AU$/personne (gratuit pour les enfants de moins de 5 ans)

Jubari Turtle Interaction Experiences
Inscription obligatoire à l’Office de Tourisme d’Exmouth. Seulement les lundis, mercredis et vendredis de 18h30 à 20h30. Le principe est : une mini-conférence de 15 minutes pour présenter les trois espèces de tortues de mer présentes dans le parc et les règles d’observation, la visite de 1 ou plusieurs plages environnantes pour observer les tortues venues pondre.
Tarif : 20 AU$/personne

Itinéraire

Une réflexion au sujet de « Road trip dans l’ouest australien : de Coral Bay à Exmouth »

Laisser un commentaire